L'Alizarine, pionnière du renouveau du transport fluvial

Bonjour,

 

Comme promis, je reviens vers vous en ce milieu d'été, pour vous donner des nouvelles du bateau Alizarine, acteur du renouveau du transport fluvial et de la transition énergétique dont le Mas d'Intras est l'un des principaux affréteurs.

Suite à des débuts très difficiles depuis janvier 2015 pour diverses raisons, la SCOP Alizarine était en grande difficulté au mois de janvier 2017, ne pouvant honorer la dernière facture de sa rénovation, d'un montant de 40'000 Euros. Elle a donc dû se déclarer en cessation de paiement et la liquidation judiciaire a été évitée grâce au soutien appuyé de ses affréteurs. Elle a donc été placée en redressement administratif, et redresse depuis petit à petit la barre. Elle a encore 6 mois pour prouver sa solidité et reste pour l'instant très fragile et sous la surveillance du tribunal de commerce.

L'Alizarine fait 4 voyages par an.
Au mois de mars, elle est partie à pleine cale. Cependant, un retour quasiment à vide ne lui a pas permis d'équilibrer les comptes de ce premier voyage.
Le voyage du mois de mai s'est fait à pleine cale (des palettes avaient même été placées sur le pont jusqu'à Lyon, faute de place en cale). Elle est rentrée mi-juillet de 2 mois de navigation, et l'équilibre financier de ce voyage a été trouvé in-extrémis grâce à la redescente de 6 palettes de bières des Flandres et de bières belges. Le fret retour reste donc encore un souci pour sa rentabilité économique.
Le voyage d'août est en cours, la cale est remplie à 60% à l'aller, et l'enseigne Biocoop la remplira à 75% au retour (un grand merci à leur authentique engagement militant). Et quelques palettes de cidre, de sel et de bière permettront un premier retour à pleine cale grâce à l'engagement des Vergers de la Daguenetterie, de l'association Le Bateleur et de la bière Moulins d'Ascq.
Le voyage d'octobre se profile bien aussi, puisque l'enseigne Biocoop s'est engagée à remplir la cale à 75% sur le trajet nord-sud, tout comme en août.

Comme vous le voyez, les choses se posent petit à petit mais à grand peine, ce qui ne nous empêche pas d'espérer une sortie de la situation de redressement avant Noël. Cela permettrait d'étaler la dette de 40'000 Euros sur 10 ans et de repartir sur de bonnes bases. Malgré les efforts de tous, l’existence de l'Alizarine reste fragile et conditionnée à l'engagement d'une poignée d'affréteurs motivés et convaincus.
La vente de vin en soutien aux Faucheurs volontaires d'OGM et à la péniche Alizarine par une soixantaine de magasins membres du réseau Biocoop reste un soutien vital, et de nombreux cavistes, restaurants, groupements d'achat ou épicerie s'engagent avec conviction dans la vente des produits acheminés par voie fluviale.

Transformation de la SCOP en SCIC
Dès la sortie du redressement, les soutiens de l'Alizarine prévoient de créer une SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif). Le but de cette SCIC sera :
- de permettre aux collectivités locales et associations d'entrer au capital d'Alizarine.
- de participer au renouveau de l'Alizarine à partir de bases saines et de créer une spirale ascendante.
- l'aboutissement normal du redressement permettra de rééchelonner la dette actuelle sur 10 ans, et donnera donc un souffle nouveau à l'Alizarine.
- l'emploi d'un commercial pour vendre le fret et gérer le catalogue de produits (la navigation quotidienne est trop chronophage pour que les deux mariniers puissent aussi s'occuper du côté commercial, j'ai pu le constater "de visu").


La SCIC devrait être créée début 2018. Si vous souhaitez vous engager à entrer au capital de la future SCIC à hauteur d'une ou plusieurs parts de 10 Euros, faites le nous savoir en remplissant le bulletin de promesse d'engagement (ou par simple mail à alizarine(at)masdintras.fr si ça vous semble trop compliqué).
Les promesses déjà enregistrées nous permettraient à ce jour déjà de disposer de 48'500 Euros sur le total de 115'000 Euros qui serait le montant idéal pour pérenniser et développer la SCIC Alizarine.

En ce qui concerne les sujets plus techniques comme le port d'attache sur le Rhône ou la possibilité d'accoster à Viviers, nous en sommes au point mort malgré de nombreuses "tractations". La volonté politique de soutien n'existe pas, malgré la bonne volonté affichée. Mais nous allons intensifier nos négociations avec le département de l'Ardèche et nous avons adressé un courrier au ministère de l'environnement et de l'énergie. Nous ne nous attendions pas à ce que la relance du transport fluvial soit un combat de si longue haleine, mais nous ne lâchons pas le morceau !

Nous vous remercions de tout cœur d'avoir pris le temps de lire ce message.
N'hésitez pas à parler du projet autour de vous, et à faire de nouveaux émules, même pour une seule part de 10 Euros !

 
 
Bien amicalement à tous,
Denis ROBERT, et l'équipe des soutiens de l'Alizarine


La devise des mariniers Cécile et Raphaël :
"Montrer l'exemple n'est pas la meilleure façon de convaincre, c'est la seule (Gandhi)".

L'Alizarine vend des produits via son catalogue, ce qui lui permet d'augmenter son chiffre d'affaires (n'hésitez pas à commander... ce n'est pour l'instant qu'un tableur, mais une boutique en ligne verra le jour en 2018).


Quelques infos sur la péniche Alizarine

En en-tête du site de l'Alizarine, voici une petite vidéo sympa vous présentant de comprendre pourquoi l'Alizarine existe et ce qu'elle fait (et une autre en dessous - plus utopique mais peut-être visionnaire - représentant le futur "idéal" de la distribution urbaine par voie fluviale que nous essayons de mettre en place).


Vous pouvez localiser l'Alizarine au fur et à mesure de sa progression.


Les 4 prochains trajets de la péniche Alizarine


Les affréteurs de l'Alizarine et leurs revendeurs

- à gauche les coordonnées des producteurs qui chargent l'Alizarine

 

- à droite, les coordonnées des revendeurs et distributeurs de produits transportés par l'Alizarine



Deux "Cuvées des Faucheurs" sont également en vente dans certaines Biocoop le long du trajet de l'Alizarine, au profit des Faucheurs et Faucheuses d'OGM d'Ardèche et de l'Alizarine.

Ces cuvées sont évidemment à savoir apprécier, et à consommer avec modération. Vous trouverez ici la liste des magasins qui font le geste militant de les distribuer.