La vigne est une liane exhubérante et vigoureuse, qui grimpe, s'élance et s'attache. Travailler la vigne consiste à maîtriser son développement pour tirer le meilleur de son fruit.

plantation

 

La durée de vie d'un plant de vigne est en principe au minimum de 30 ans.

Nos plants de vigne sont commandés auprès de pépiniéristes spécialisés.

Depuis quelques années maintenant, nous faisons appel à une entreprise pour la plantation.  Les nouveaux outils développés ces dernières années permettent un travail précis et de grande qualité.


Les plants sont enfouis dans le sol en racines entières : la reprise est excellente.



Palissage

La vigne est une liane et il convient de lui offrir un "squelette" propre à supporter et à orienter sa croissance. C'est l'objectif du palissage qui consiste à  tendre des fils entre des piquets.

  • Les fils porteurs sont fixe et supporte le poids de la végétation.
  • Les fils releveurs sont mobiles et servent à maintenir les branches vert le haut. On les accroche sur les piquets au fur et à mesure de la croissance annuelle de la vigne.

Au Mas d'Intras, les piquets de tête (en bout de rang) sont toujours en bois car c'est tellement plus joli ! Par contre nos piquets intermédiaires sont en métal parce que c'est tellement plus facile à travailler !



Tuteurage

Le tuteur permet de guider à la verticale le cep pour former le pied de la vigne palissée.

Sur les jeunes vignes encore fragiles, ce support assure :

  • le maintien du cep pour favoriser son enracinement et son alignement
  • la protection du cep contre les agression mécanique lors du travail du sol.

Lorsque la vigne est suffisamment haute, on l'attache au fil porteur à l'aide d'un lieur à vrille.

On laisse alors 1 seul bourgeon au dessus de l'attache qui fera office de tire-sève et qui, en continuant de grossir, viendra consolider l'attache du cep au fil.



Taille manuelle de chaque cep

La taille permet de :

  • former la souche
  • régulariser le volume de récolte pour conserver le potentiel qualitatif des grappes
  • maîtriser la vigueur et assurer la pérennité de la vigne.

Pour faciliter la taille manuelle, nous attelons à notre tracteur un outil de prétaillage (la prétailleuse) qui coupe les sarments de vigne à une hauteur d'environ 30 centimètres.

 

La taille manuelle est faite avec l'aide d'un sécateur électrique fonctionnant grâce à une petite batterie située sur le dos du vigneron. Selon les cépages, il faut environ 5 à 10 coupes pour tailler un pied.

 

C'est un travail qui commence dès la chute des feuilles et qui dure environ 4 mois.



tomber les fils

Une fois la taille finie, il convient de retendre les fils et réparer le palissage aux endroits où il aurait cédé. Le quad est alors bien utile pour passer d'un rang à l'autre aisément et convient parfaitement à ce travail.

Mais rien ne remplace une bonne paire de chaussure pour tomber les fils releveurs ! On "tombe" ces fils en les détachants des piquets intermédiaires le temps que la vigne se développe.


épamprage manuel

Un pampre est un rameau non fructifère qui pousse sur la souche. L'épamprage revient à enlever ces repousses pour :

  • contrôler la vigueur de la vigne
  • limiter l'encombrement des souches et permettre une meilleure aération.

Suivant les cépages, 2 à 3 passages sont nécessaires.

 

C'est un travail long et difficile qui demande à être fait soigneusement de façon à limiter les plaies occasionnées sur la souche et garantir le bon état sanitaire de la parcelle.



Relevage

D'avril à juillet, les branches poussent chaque jour et il faut les maintenir pour ne pas que le Mistral les casse. On vient attacher aux piquets intermédiaires les fils de fer releveurs qui se trouvent de chaque coté du rang : c'est le travail de relevage.

Les branches sont ainsi maintenues entres les fils en rang serré. Cela a plusieurs avantages :

  • faciliter le passage du tracteur
  • permettre une bonne aération de la souche
  • favoriser l'exposition au soleil.


Écimage


La pointe des branches est coupée par une machine montée sur le tracteur, l'écimeuse.


Tout comme l'épamprage, c'est une opération qui doit être renouvelée de 3 à 5 fois par parcelle entre avril et juillet.



L'effeuillage

L'effeuillage consiste à supprimer une partie ou la totalité des feuilles de la vigne situé sur la zone fructifère.

Ce travail a plusieurs objectifs :

  • aérer les grappes pour diminuer les risques sanitaires
  • favoriser l'exposition au soleil des raisins pour améliorer la synthèse d'arômes et tanins.
  • optimiser l'application des traitements bio.

 

On effeuille du coté du soleil levant pour limiter les risques de brulures et favoriser le bon assèchement de la rosée.



La vendange en vert

 

Sur des vignes jeunes de moins de 6 ans, les grappes sont trop nombreuses pour la vigueur du jeune cep. Il convient alors de couper et faire tomber les grappes superflues.

 

Et pour les vignes plus âgées, cela permet de limiter la production, d'aérer et de répartir les grappes.

 

Un travail de longue haleine mais dont le résultat se fait sentir sur la santé du cep et la qualité du vin.



la maturation du raisin

Au cours de la maturation, l'acidité du raisin diminue et le taux de sucre augmente sous l'effet du soleil et de la photosynthèse.

 

A l'approche de la récolte, des échantillons de grains de raisins sont prélevés avec méthode sur chaque parcelle pour en analyser la teneur en sucre et en acidité. On surveille 2 à 3 fois par semaine le mûrissement du raisin pour choisir la meilleure date de vendange.

 

Récolter au bon moment un raisin équilibré et à maturité permet d'obtenir naturellement un vin équilibré.



les vendanges

La maturité des raisins et les conditions météorologiques influent sur le choix des dates de vendanges.

A LA MACHINE

La rapidité de la récolte à la machine à vendanger procure une grande souplesse d'utilisation.

Achetée à plusieurs viticulteurs, nous planifions nos récoltes au meilleur moment, et nous sommes très réactifs face aux caprices de la météo.

A LA MAIN

Récolter à la main suppose de mobiliser une équipe de vendangeurs au dernier moment : il faut être nombreux pour vendanger vite.

Cette contrainte se justifie sur certaine parcelle et certain cépage par le travail de vinification appliqué par la suite.



 

 

Ok, le vin est biologique...

Mais, est-ce que cela suffit pour protéger l'environnement ?